Sélectionner une page
Au fil des apparitions de l'enfant

Cet article fait parti d’un ensemble d’articles en lien avec mon nouveau roman : Gecko

Gecko, c’est le plongeon forcé de Lou, mon héroïne dans un univers noir et orange.

Noir pour les ténèbres qui l’environnent. Noir à l’extérieur avec un soleil absent et des nuits sans fin. Noir à l’intérieur de ses pensées, de son coeur, de ses émotions.

Orange pour la barrière de feu qui encercle les cinq mondes. Pour le petit Gecko de lumière qui bondit un jour de la marque à son poignet. Orange pour l’espoir qui brûle dans son âme.

Au fil de son aventure, Lou va rencontrer des ennemis qui la poursuivent, souhaitent la disparition de sa volonté et de son désir de vivre.

Elle va aussi être épaulée par des amis, des connaissances passagères qui la soutiendront, des compagnons de route qui l’accompagneront.

Et puis, étrange, impromptu, dérangeant, fugace, il y aura un enfant.

Il porte toujours le même tee-shirt à l’effigie d’un ours jaune.

Il apparaît sans prévenir et se sauve tout aussi rapidement.

Il paraît rajeunir à chaque nouvelle visite.

Qui est-il ? Que veut-il ? Quel message transmet-il ?

Lou, comme le lecteur, n’aura la réponse qu’à la fin de la quête.

Sache simplement qu’il va rendre le dilemme de la jeune femme plus effroyable encore.

Voici quelques extraits des moments où Lou croise cet enfant :

Extrait 1 :

Il se tenait là devant elle. Un jeune garçon de six ou sept ans. Les cheveux aussi embrouillés que ceux de Lou, un trait d’angoisse sur ses joues marquées de taches de rousseur. Il la regardait de ses yeux pétillants, des questions suspendues à ses lèvres minces. Il portait un tee-shirt à manches courtes bleu, décoré d’un énorme ours jaune. Un pantalon de jogging. Des baskets aux lacets défaits complétaient sa tenue. Lou secoua la tête, incrédule. D’où venait cet enfant ? Avait-elle bien entendu le mot qu’il avait prononcé ? Lentement, elle tourna ses jambes du côté de la terrasse et sauta devant le garçon. Une décharge traversa ses pieds. Elle réalisa qu’elle avait dû rester longtemps immobile, assez pour que le froid l’engourdisse ainsi.

Elle ne quittait pas des yeux l’enfant.

– Tu n’as pas froid ? demanda-t-elle doucement, juste pour s’assurer qu’il était bien réel.

Il ne répondit pas, mais un large sourire souleva ses lèvres. Soudain, il se détourna et disparut dans l’escalier.

– Attends ! hurla Lou, les deux mains tendues en avant.

Extrait 2 :

La surprise lui coupa le souffle. Là se tenait un petit garçon qui portait un tee-shirt à l’effigie d’un ours jaune. Elle le reconnut immédiatement même s’il avait changé -elle n’aurait su dire en quoi-. Il paraissait un rien plus fragile peut-être. Lou peinait à se remettre de sa surprise et de l’émotion indéfinissable que provoquait l’apparition lorsqu’il ouvrit les lèvres :

– Maman…

Le mot flotta comme au ralenti dans la mémoire de Lou. Il y résonna d’une façon particulière.

L’enfant était tout proche. Lou avança les doigts vers son visage. Au moment où elle allait le toucher, il fit volte-face et partit en courant.

– Attend ! hurla-t-elle.

L’obscurité l’avala.

Extrait 3 :

Sur la terrasse la plus proche, elle aperçut le petit garçon au nounours jaune. Il la regardait en souriant et la salua même d’un grand signe de la main. Lentement, Lou leva les doigts dans sa direction. Elle remarqua alors qu’il paraissait plus jeune que la première fois qu’elle l’avait vu. Seul son tee-shirt l’identifiait avec certitude.

« Cinq ans, » pas plus, se dit Lou. « Je lui en donnais sept en haut de la tour. »

Soudain, l’enfant se mit à courir. Il dérapa sur la pierre de la terrasse et glissa dans le lac. Lou poussa un cri. Elle attrapa à pleine main la barrière du pont et se pencha en avant, le cœur en folie, la bouche ouverte. Les secondes s’écoulèrent. L’enfant ne réapparut pas.

Extrait 4 :

Comme elle arrivait au bord du lac, elle aperçut soudain une petite silhouette debout à côté du tronc de bois mort. L’enfant. Un an. Il était assis sur la mousse et jouait avec les cailloux en babillant. Des bulles sortaient par moment de sa bouche. Il portait toujours le même tee-shirt avec l’ourson.

« Je ne te reverrai pas », pensa Lou.

Elle s’avança, s’attendant à ce que le bébé disparaisse. Il n’en fit rien. Il leva des yeux bleus vers elle et lui sourit. Lou s’agenouilla devant lui et tendit les doigts. L’enfant la regardait toujours, calmement. La main de la jeune femme effleura sa joue chaude.

– Qui es-tu ? murmura-t-elle.

Échappez-vous dans mes univers imaginaires…

Entrez votre email pour recevoir chaque semaine des extraits de mes futurs romans et des textes inédits réservés à mes lecteurs les plus fidèles :