Sélectionner une page
Gecko - Zoom sur un lieu essentiel

Cet article fait parti d’une série d’articles en lien avec mon nouveau roman Gecko. 

Lou, l’héroïne de Gecko, est à peine réveillée au coeur de ce qui semble être un cauchemar qu’elle est capturée par des hommes armés d’épées.

Très vite, on l’enferme à l’intérieur de la Citadelle, ce château prison posé sur la muraille de la Cité face à la mer.

La Citadelle, c’est la première maison de Lou dans les cinq mondes.

Une maison aux allures de prison, avec de lourdes portes de fer cadenassées.

Une maison faite de couloirs étroits dans lesquels s’engouffre le vent.

Une maison dotée d’épais murs de pierres glacées.

Une maison dans laquelle Lou, aidé par Emma, va tenter de reconstituer un cocon protecteur.

Une maison à étages sur les toits desquels se déroule chaque semaine un marché à ciel ouvert.

Une maison du haut de laquelle Lou peut contempler la Cité, sans jamais espérer y poser les pieds.

À la Citadelle, les gardiens sont les maîtres absolus.

À leur tête la Blonde, une femme froide et distante qui veille aux respects de l’ordre et à la noyade progressive de tout ce qui pourrait rappeler aux prisonniers leur vie d’avant.

Lou va subir plusieurs interrogatoires, plus insensés les uns que les autres, à la limite de la maltraitance. Elle évolue dans un espace fermé au sein duquel des mains nourrissent et prennent soin tout en ne laissant aucune chance d’affirmer une volonté propre.

À Lou de faire la part entre vérité et mensonge, entre ce qu’elle doit dire et ce qu’il vaut mieux taire.

À la Citadelle, les naufragés des cinq mondes se sont donné rendez-vous.

Ils sont une vingtaine, tous différents.

Certains vivent en ce lieu depuis plusieurs décennies. D’autres sont arrivés depuis quelques années seulement.

Certains sont larges de corps et de coeur. D’autres, si fins qu’une rafale du ciel pourrait les emporter.

Il y a des grognons et des joyeux. Des généreux et des pingres. Des bavards et des silencieux. Des flegmatiques et des enquêteurs. Des fous et des raisonnables.

À la Citadelle, ils sont tous différents.

Et pourtant…

Chacun, sans exception, porte au fond du coeur une souffrance cachée, une raison impérieuse d’avoir été projeté en ces lieux.

C’est ce que va découvrir Lou.

Elle va comprendre que la Citadelle n’est pas seulement un lieu à fuir, mais qu’au gré des couloirs, il est possible d’arranger les petits morceaux de mémoire de chacun pour former une image globale proche de la vérité.

À la Citadelle, Lou va trouver les forces et la première clé pour avancer vers son objectif : retrouver la mémoire et la porte de sortie vers son monde d’origine.

Échappez-vous dans mes univers imaginaires…

Entrez votre email pour recevoir chaque semaine des extraits de mes futurs romans et des textes inédits réservés à mes lecteurs les plus fidèles :